Général   |   2 septembre 2020

Mise-à-jour sur les marchés – Bureau du chef des placements global – Septembre 2020

Le rebond historique du marché baissier n’a pas ralenti en août. Les investisseurs ont conservé leur optimisme grâce aux progrès réalisés dans le développement d’un vaccin contre la COVID-19, contribuant ainsi aux attentes d’une relance rapide de la croissance économique mondiale. Entre-temps, les mesures de soutien exceptionnelles et le ton conciliant des négociateurs américains et chinois ont stimulé l’appétit envers les actifs à risque. Il faut souligner que le changement important apporté par la Réserve fédérale américaine (Fed) à sa politique a eu un effet marqué sur les marchés financiers. En effet, le président de la Fed a fait part de sa nouvelle politique d’inflation moyenne qui lui donnera davantage les coudées franches sur la gestion de l’inflation et, par conséquent, le maintien des mesures de stimulation. Cette décision a procuré un autre élan à l’économie et aux marchés boursiers du monde entier.

Candice Bangsund
Vice-présidente et gestionnaire de portefeuille, Répartition globale de l'actif

Les marchés boursiers mondiaux ont progressé pour un cinquième mois d’affilée, l’indice MSCI tous les pays gagnant 6 % en août. Les indices américains ont dominé, la vigueur prodigieuse des grands titres technologiques alimentant la séquence record des indices S&P 500 et Nasdaq. L’indice S&P/TSX a également gagné de la valeur, quoique dans une moindre mesure. À l’étranger, les actions européennes ont connu leur meilleur mois depuis avril, les investisseurs s’attendant à ce que les gouvernements n’aient plus à fermer leur économie. En ce qui concerne les marchés émergents, les actions ont récupéré une partie des pertes inscrites depuis le début de l’année après que les États-Unis et la Chine aient réitéré leur engagement envers leur entente préliminaire.

Les marchés des titres à revenu fixe ont terminé le mois en repli. La Fed a procédé à une grande refonte de son cadre de politique monétaire en annonçant une cible d’inflation moyenne de 2 % sur le long terme, indiquant ainsi sa tolérance pour un taux d’inflation plus élevé. Le segment à long terme de la courbe a affiché les plus importantes fluctuations. Le taux de rendement du bon du Trésor à 10 ans a bondi de 18 p.c., à 0,70 %, la position plus détendue à l’égard de l’inflation et du marché de l’emploi ayant entraîné une révision à la hausse des prévisions d’inflation. En effet, le taux d’équilibre d’inflation 10 ans a augmenté à 1,80 %, ce qui est juste en-dessous du niveau en vigueur avant la pandémie en janvier. Puisque la Fed a confirmé que les taux à court terme demeureront très faibles pour une longue période de temps, la pente de la courbe des taux s’est accentuée et l’écart entre les taux à deux et dix ans a augmenté de 15 p.c., à 0,57 %, un sommet de plus de deux mois.

Le dollar américain a continué de perdre de la valeur, plombé par le repli des taux réels, qui a désavantagé les taux américains face à leurs homologues mondiaux, et l’optimisme des investisseurs, qui a entraîné une baisse de la demande pour la monnaie de réserve à l’échelle mondiale. Le huard a atteint un sommet depuis janvier par rapport au billet vert, alors que l’euro est à son plus haut en deux ans, la réponse coordonnée au sein de l’Union européenne et l’annonce d’un fonds de relance commun ayant redonné de la crédibilité à la monnaie commune.

Le recul constant du dollar américain a été favorable aux matières premières en août. Le pétrole a progressé pour un quatrième mois consécutif, avec un gain de plus de 5 % pour le mois. Le cuivre a aussi progressé sous l’effet des signes d’un resserrement de l’offre et de la demande, de la dynamique favorable de la demande mondiale, des injections de liquidités par la banque centrale chinoise et de la baisse des stocks. Son prix a ainsi enregistré un nouveau sommet en deux ans. L’or a évolué en dents de scie. L’appétit des investisseurs envers les actifs à risque lui a certes nui, mais l’engagement de la Fed à maintenir les taux d’intérêt à de faibles niveaux au cours des prochaines années a permis à l’or de terminer le mois en légère hausse. La plus forte tolérance envers l’inflation et des taux peu élevés pour une période prolongée feront en sorte de freiner toute hausse des taux réels, d’où l’attrait des actifs ne portant pas intérêt, tels que l’or.

[…]

Related Insights

Macroéconomie
2 septembre 2020

Jackson Hole – La nouvelle position de la Réserve fédérale sur l’inflation

La nouvelle position de la Réserve fédérale sur l'inflation
Jason Carvalho
Vice-président principal, Marchés institutionnels, Revenu fixe
Candice Bangsund
Vice-présidente et gestionnaire de portefeuille, Répartition globale de l'actif
Général
31 août 2020

Symposium annuel de Jackson Hole

Jason Carvalho, Vice-président principal et spécialiste en revenu fixe, nous parle du très attendu symposium de Jackson Hole, qui a eu lieu les 27 et 28 août.
Jason Carvalho
Vice-président principal, Marchés institutionnels, Revenu fixe
Macroéconomie
2 septembre 2020

Jackson Hole – La nouvelle position de la Réserve fédérale sur l’inflation

La nouvelle position de la Réserve fédérale sur l'inflation
Jason Carvalho
Vice-président principal, Marchés institutionnels, Revenu fixe
Candice Bangsund
Vice-présidente et gestionnaire de portefeuille, Répartition globale de l'actif
Commentaire de marché
17 août 2020
3:50

L’effervescence de l’or en 2020

Candice Bangsund, Vice-présidente et gestionnaire de portefeuille, répartition globale de l'actif, nous parle de la force du prix de l'or cette année et nous partage ses perspectives pour la prochaine année.
Candice Bangsund
Vice-présidente et gestionnaire de portefeuille, Répartition globale de l'actif