Revenu fixe   |   4 juin 2020

L’impact des mesures d’assouplissement de la banque du canada sur les écarts de crédit

En avril, la Banque du Canada a annoncé la mise en place d’un programme d’achat d’obligations provinciales de 50 milliards de dollars et un programme d’achat d’obligations de sociétés de 10 milliards de dollars. Le premier de ces deux programmes a débuté ses opérations le 7 mai tandis que le second a débuté ses opérations le 26 mai. L’impact a été immédiat. Comme on peut le voir dans le graphique ci-dessous, les écarts de crédit sur les obligations provinciales et les obligations de sociétés ont chuté d’environ 20 points de base le jour de l’annonce (la ligne grise). Depuis, les écarts de crédit pour les sociétés ont continué de se resserrer tandis que les écarts de crédit pour les obligations provinciales ont quelque peu plafonnés. Pourquoi?

Jean-Guy Mérette
Vice-président et gestionnaire de portefeuille, Revenu fixe

Il n’y a aucun doute que la résurgence des marchés boursiers a quelque peu contribué au resserrement des écarts de crédit des sociétés, mais nous pensons que la divergence entre les écarts crédit pour les obligations provinciales et les obligations de sociétés est largement liée à la dynamique de l’offre et de la demande sur le marché secondaire. Sur le marché primaire, les entreprises ont largement surpassé leur niveau d’émission comparativement à la même période l’année dernière, l’essentiel de l’offre se faisant au cours du mois de mai, et les investisseurs ont été réceptifs. La situation a été similaire pour les obligations provinciales. Cependant, sur le marché secondaire, nous avons vu de nombreux gestionnaires de portefeuille rééquilibrer leurs portefeuilles pour augmenter leur exposition aux obligations de sociétés au détriment des obligations provinciales, cherchant à profiter du plus grand potentiel à la hausse des obligations de sociétés. Les écarts entre les obligations d’entreprises et les obligations provinciales restant relativement larges, à environ 80 points de base, nous pensons que la tendance actuelle va se maintenir et que les écarts de crédits pour les obligations de sociétés continueront à se resserrer à court et moyen terme.

 

Jean-Guy Mérette

Vice-président et gestionnaire de portefeuille
Gestion active et stratégique revenu fixe

Renseignements importants

Related Insights

Revenu fixe
14 septembre 2020
9:32

Équipe revenu fixe actif et stratégique – Mise-à-jour sur la stratégie

Jean-Guy Mérette, Vice-Président et gestionnaire de portefeuille - Gestion active et stratégique Revenu fixe - discute des rendements du marché obligataire cette année ainsi que de son positionnement et ses perspectives pour le reste de 2020.
Jean-Guy Mérette
Vice-président et gestionnaire de portefeuille, Revenu fixe
Macroéconomie
2 septembre 2020

Jackson Hole – La nouvelle position de la Réserve fédérale sur l’inflation

La nouvelle position de la Réserve fédérale sur l'inflation
Jason Carvalho
Vice-président principal, Marchés institutionnels, Revenu fixe
Candice Bangsund
Vice-présidente et gestionnaire de portefeuille, Répartition globale de l'actif
Revenu fixe
14 septembre 2020
9:32

Équipe revenu fixe actif et stratégique – Mise-à-jour sur la stratégie

Jean-Guy Mérette, Vice-Président et gestionnaire de portefeuille - Gestion active et stratégique Revenu fixe - discute des rendements du marché obligataire cette année ainsi que de son positionnement et ses perspectives pour le reste de 2020.
Jean-Guy Mérette
Vice-président et gestionnaire de portefeuille, Revenu fixe
Revenu fixe
16 juillet 2020

Ne vous battez pas contre la Réserve Fédérale

Les humbles gestionnaires de portefeuille doivent aussi choisir leurs combats et réaliser quand ils ne font pas le poids.
Jean-Guy Mérette
Vice-président et gestionnaire de portefeuille, Revenu fixe