Revenu fixe   |   14 octobre 2021

Rapport mensuel sur le marché obligataire – Octobre 2021

Mise à jour sur le marché

Le resserrement de la politique monétaire est à nos portes. Plusieurs investisseurs s’attendaient au début de la fin lors de la rencontre du FOMC en septembre et les dirigeants de la Réserve fédérale américaine ont répondu aux attentes en indiquant que ce resserrement pourrait débuter d’ici la fin de l’année. Cette décision allait toujours dépendre de « progrès substantiels dans l’économie » qui cadraient dans leur mandat double, soit la stabilité des prix et le taux d’emploi maximal. Au vu de l’embellie du taux d’inflation, le FOMC a reconnu que ses objectifs avaient été atteints. Le marché de l’emploi a repris du mieux et quelques mois supplémentaires d’excellentes données pourraient être suffisants pour leur permettre d’amorcer le démantèlement de leur programme de rachat d’actifs. 

L’inflation est aussi très élevée au Canada, l’IPC pour le mois d’août s’établissant à 4,1 % (sur un an). Par contre, les données de croissance de l’économie, qui ont révélé une chute du PIB, ont déçu la Banque du Canada. Dans ce contexte, la banque centrale canadienne a révélé son intention de réduire ses rachats d’actif, les outils de politique monétaire qu’elles avaient adoptés d’urgence n’étant plus nécessaires pour des raisons techniques. 

L’indice obligataire universel FTSE Canada a reculé de 1,40 % pour le mois. La pente de la courbe des taux de rendement s’est accentuée, les taux augmentant sur l’ensemble de la courbe. Le taux de rendement de l’obligation du Canada à 10 ans a gagné 29 p.c. pour le mois. 

Survol des obligations de sociétés

Les écarts des obligations de sociétés se sont resserrés dans cette conjoncture de hausse des taux de rendement et d’un ralentissement du marché boursier. En effet, l’écart des obligations de sociétés canadiennes a diminué de 4 p.c., en moyenne, demeurant dans une fourchette serrée depuis le début de l’année. Les secteurs à bêta élevé et faible ont été très prisés, ce qui a permis aux obligations de sociétés de surpasser leurs homologues gouvernementales. Au sein de l’indice composé, les écarts des titres notés BBB se sont démarqués, surtout ceux des secteurs des communications, de l’énergie et de l’immobilier. 

Les obligations provinciales ont terminé à la traîne parmi les sous-secteurs de l’indice obligataire universel FTSE Canada, leurs rendements étant tirés vers le bas par la hausse des taux de rendement à long terme. Le profil de durée plus longue de ce sous-secteur n’a pas été avantagé par la conjoncture, malgré le fait que les finances de la majorité des provinces se soient améliorées davantage que prévu. Les écarts des obligations provinciales se sont resserrés dans les segments à court et long terme, alors que leurs homologues à moyen terme ont affiché des rendements mitigés. Les écarts des obligations de l’Alberta ont enregistré la meilleure performance du fait de la flambée des prix du pétrole. 

[…]

Related Insights

Fiera Capital Marché Obligataire Rapport Mensuel
Revenu fixe
14 janvier 2022

Rapport mensuel sur le marché obligataire – Janvier 2022

L’indice obligataire universel FTSE Canada a dégagé un rendement de 1,67 % en décembre.
Fiera Capital Marché Obligataire Rapport Mensuel
Revenu fixe
14 décembre 2021

Rapport mensuel sur le marché obligataire – Décembre 2021

L’indice obligataire universel FTSE Canada a dégagé un rendement de 0,87 % en novembre.