Revenu fixe   |   16 avril 2020

Élargissement des écarts : opportunité ou menace ?

Depuis l’apparition du COVID-19, les écarts de crédit se sont élargis à des niveaux qui n’ont pas été observés depuis la crise financière mondiale, car les investisseurs anticipent la pire récession depuis la Grande Dépression, du moins selon le Fonds monétaire international.

Jean-Guy Mérette
Vice-président et gestionnaire de portefeuille, Revenu fixe

Toute l’incertitude entourant le moment et la forme d’une reprise économique constitue clairement une menace majeure pour les marchés de crédit et, pour mesurer son amplitude, nous aimons regarder les écarts entre les obligations de sociétés notées BBB et A; plus l’écart est élevé, plus le marché anticipe des décotes et des défauts. Malgré les mesures sans précédent prises par les gouvernements et les banques centrales pour soutenir les entreprises et les consommateurs, nous pouvons voir sur le graphique que les investisseurs anticipent une période encore plus difficile pour les entreprises canadiennes qu’elle ne l’était lors de la dernière récession… et nous ne sommes pas en désaccord avec le marché.

Appelez-nous des éternels optimistes, mais nous préférons voir le bon côté des choses et prêter attention aux opportunités qui se sont présentées grâce à la récente correction du marché. Par exemple, les obligations provinciales sont devenues très attrayantes sur le plan risque-rendement. La Banque du Canada est intervenue cette fois-ci beaucoup plus rapidement et avec plus de force que pendant la crise financière de 2008 et a, entres autres, lancé un important programme d’achat d’obligations pour les provinces afin de soutenir la liquidité du marché, limitant ainsi le risque potentiel de ces titres. Ainsi, le récent élargissement de l’écart a, en fait, été une excellente occasion pour nous d’accroître notre exposition à un crédit de grande qualité, avec presque aucun risque de défaut, en prévision d’une récession dont on risque se souviendra pour très longtemps. 

C’est là que réside la beauté du marché obligataire et une approche active: quelle que soit l’ampleur de la menace, il y aura toujours des opportunités à saisir.

Jean-Guy Mérette

Vice-président et gestionnaire de portefeuille
Gestion active et stratégique revenu fixe

Renseignements importants

Related Insights

Revenu fixe
14 septembre 2020
9:32

Équipe revenu fixe actif et stratégique – Mise-à-jour sur la stratégie

Jean-Guy Mérette, Vice-Président et gestionnaire de portefeuille - Gestion active et stratégique Revenu fixe - discute des rendements du marché obligataire cette année ainsi que de son positionnement et ses perspectives pour le reste de 2020.
Jean-Guy Mérette
Vice-président et gestionnaire de portefeuille, Revenu fixe
Général
2 septembre 2020

Mise-à-jour sur les marchés – Bureau du chef des placements global – Septembre 2020

Le rebond historique du marché baissier n’a pas ralenti en août. Les investisseurs ont conservé leur optimisme grâce aux progrès réalisés dans le développement d’un vaccin contre la COVID-19, contribuant ainsi aux attentes d’une relance rapide de la croissance économique mondiale.
Candice Bangsund
Vice-présidente et gestionnaire de portefeuille, Répartition globale de l'actif
Revenu fixe
14 septembre 2020
9:32

Équipe revenu fixe actif et stratégique – Mise-à-jour sur la stratégie

Jean-Guy Mérette, Vice-Président et gestionnaire de portefeuille - Gestion active et stratégique Revenu fixe - discute des rendements du marché obligataire cette année ainsi que de son positionnement et ses perspectives pour le reste de 2020.
Jean-Guy Mérette
Vice-président et gestionnaire de portefeuille, Revenu fixe
Revenu fixe
16 juillet 2020

Ne vous battez pas contre la Réserve Fédérale

Les humbles gestionnaires de portefeuille doivent aussi choisir leurs combats et réaliser quand ils ne font pas le poids.
Jean-Guy Mérette
Vice-président et gestionnaire de portefeuille, Revenu fixe